Cuir biofabriqué

Vers une mode sans cruauté?

mardi 19 juillet 2016, par

Nous assistons depuis plusieurs années à une prise de conscience massive autour de l’impact de l’industrie agro-alimentaire, avec un sujet qui revient fréquemment sur la table, celui de l’exploitation animale. Si progressivement, l’idée de manger peu voire pas du tout de viande s’est installé dans beaucoup de consciences, ne pas porter de vêtements issus d’animaux reste plus simple à imaginer qu’à mettre en pratique.

Loin d’être une lubie de babos qui portent des ponchos en chanvre, cela fait pourtant longtemps que des marques s’évertuent à travailler exclusivement avec des matériaux « cruelty-free ». Faisant de son choix de vie le moteur de ses collections, la créatrice Stella McCartney fait figure de précurseuse dans le domaine. En France, les marques April 77 et Good Guys Don’t Wear Leather ont opté dès le départ pour le même positionnement.

April 77

Honnêtement, si la démarche nous emballe, dans les faits, le résultat n’est pas toujours à la hauteur des espérances. Prenons le cuir par exemple, qui se retrouve souvent substitué sur des bombers ou des perfectos par du PVC au toucher et à la résistance bien inférieurs. Mais cela est sur le point de changer.

ModernMeadow-0202-800x1000

Modern Meadow

Une start-up américaine s’apprête à développer un cuir artificiel, aux mêmes propriétés que le vrai. Son nom? Modern Meadow (prairie moderne en français). Après avoir récolté 40 millions de dollars le mois dernier, elle travaille actuellement sur ce matériau en laboratoire, avec comme promesse celle d’un « futur où l’homme fabrique son cuir en laissant les animaux gambader librement ». Révolutionnaire (tout part de l’ADN) et traditionnel à la fois (assemblage des « peaux », tannage), on se plaît à rêver de ce nouvel artisanat où aucune vache n’aura été maltraité pour les besoins d’une veste.

via Tech Insider