On a écouté : « Awaken My Love! » de Childish Gambino

Avec « Awaken, My Love! », Childish Gambino nous livre le punch fatal qui vient couronner une superbe année 2016 (du point de vue musical).

vendredi 2 décembre 2016, par

Je préfère être clair dès le début avec vous : ce n’est en aucun cas le Childish Gambino de « Because The Internet » que vous allez retrouver sur « Awaken, My Love!« . Bien au contraire, notre ami a sauté dans une machine à remonter le temps direction les 70s. Chemise col pelle à tarte à moitié ouverte, t-shirt tie & dye, ambiance peace & love, drogues hallucinogènes et tout le tintouin. Le mec nous met dans l’ambiance dès le premier morceau. En fait non, ça commence avec la pochette :

b0c92f13-6903-4a8f-a3b6-ec4f190cd9c3-1547-000000f627cff384_tmp

Le changement est radical, mais pas contre nature. Childish Gambino (Donald Glover à l’état civil) est un personnage complexe, 100% acteur, 100% musicien : en gros 100% artiste. Et ce qu’on demande à un artiste c’est de créer, de surprendre, d’innover. C’est exactement ce qu’il a fait sur cet album.

Il a eu les cojones de sortir de sa zone de confort et de s’affranchir des sonorités actuelles pour nous proposer un projet cohérent, à la direction artistique claire et assumée. Tout ceci rappelle étrangement Kendrick Lamar et son « To Pimp A Butterfly » ou encore Kanye West avec « 808s & Heartbreak », vous ne trouvez pas ?

gettyimages-479457210-630x420

Les références de cet opus sont claires, on retrouve sans problème les sonorités « Parliament Funkadelic » à peine masquées comme c’est le cas sur « Boogieman » ou encore la patte Rick James sur « Zombies ». Les lignes de basse sont profondes et langoureuses, les guitares sont psychées à la Jimi Hendrix (« The Night Me And Your Mama Met ») et les synthés sont tout bonnement Pink Floydesques.

Et notre ami Gambino dans tout ça me direz-vous ? Et bah il chante, et sacrément bien en plus. Les américains diraient qu’il « sings his ass off ! ». Le mec est tantôt smooth et mélancolique, tantôt torturé. Il se livre à des envolées vocales totalement maîtrisées et on sent qu’il a bossé depuis « Because The Internet » et « STN MTN / Kauai » sur lesquels il poussait timidement la chansonnette. Bluffant.

tumblr_o7cjbktbkk1u4zdq1o1_1280

Ce qui est d’autant plus marquant c’est le concept autour de l’album. Cet été, Gambino a investit le parc national de Joshua Tree pour un évènement secret nommé « Pharos« , durant lequel l’intéressé a donné six concerts et invitait les spectateurs à vivre une expérience sensorielle et spirituelle. Il a d’ailleurs créé une app gratuite qui permet de revivre des moments de ce concert grâce à la VR. Tout un programme.

Si vous cherchez un dernier kiff musical (en attendant Drake, J.Cole et Kid Cudi…) avant de passer à  2017, je ne saurais trop vous conseiller de vous procurer cet album. Une merveille.

Ah oui, dernière chose, il y a 11 morceaux sur l’album, mais c’est suffisant. La qualité prévaut sur la quantité. Prends note Starboy

Pour écouter « Awaken, My Love! » c’est par ici :


Photo à la Une : Ibra Ake – Wolf + Rothstein