On a écouté : « Gang Signs & Prayer » de Stormzy

Ange ou démon ? Big Mike oscille entre les deux et nous livre une prestation aboutie sur son premier opus.

vendredi 24 février 2017, par

On l’attendait depuis un moment, c’est maintenant chose faite ; Stormzy a enfin sorti son tant attendu premier album solo « Gang Signs & Prayer ».

Grâce à une campagne marketing bien ficelée, le MC de Croydon a fait monter le buzz autour de « Gang Signs & Prayer », notamment avec son excellent premier single « Big For Your Boots ».

Depuis son explosion avec les désormais classiques « Know Me From », « WickedSkengMan 4 » ou encore « Shut Up » (que l’on retrouve sur l’album), Stormzy jouit d’une cote énorme et beaucoup voyaient en lui la future grande star du mouvement grime. La pression sur lui était énorme mais le grand gaillard n’a pas déçu.

GSAP est en effet un album abouti et cohérent, ce qui peut surprendre pour un premier opus. La thématique bien et mal  est bien respectée dans la structure de l’album ainsi que dans le contenu. L’album commence avec des morceaux sombres, s’éclaircit à mi-parcours, puis retombe dans l’obscurité. Pas de morale ni de concepts préconçus ou de vision fataliste, Stormzy se livre librement et partage ses parts d’ombre mais n’hésite pas à se montrer vulnérable au mic comme c’est le cas sur « Velvet / Jenny Francis (Interlude) » et « 100 Bags ».

Un des points forts de cette galette et son éclectisme. Stormzy refuse de se cantonner à la grime et le fait clairement savoir sur « Mr Skeng » :

« I do rap then I do grime, then I do rap, then I sing then I go right back. »

« Je rappe puis je fais de la grime, puis je rappe de nouveau, puis je chante et je recommence. »

Il s’essaie au chant sur l’excellente balade « Blinded By You Grace, Pt. 1 », mais surtout, il ne se limite pas aux barrières de l’underground. Big Stormz’ maîtrise parfaitement les codes des hits actuels, la preuve en est avec le single en puissance « Blinded By You Grace, Pt. 2 ».

La diversité des productions sélectionnées par Stormzy lui permettent également d’innover au niveau de son flow comme c’est le cas sur la boucherie « First Things First ».

Cet album est en somme un parfait amalgame entre grime, rap, sonorités pop et r’n’b 90s et 00s. Le morceau « Cigarettes & Cush » n’est d’ailleurs pas sans rappeler la grande époque des collaborations Mariah Carey/Jermaine Dupri.

Stormzy a donc réussi son baptême du feu et démontre à tout le monde que bien plus qu’une sensation « street », il est un artiste complet et audacieux qui n’a pas peur de se mettre en danger.



Photo : Suki Dhanda pour the Observer