TBT : Beastie Boys – Les 30 ans de Licensed To Ill

Retour sur un drôle de plan à trois.

samedi 19 novembre 2016, par

Parmi les groupes qui ont contribué à faire du rap le genre le plus important de ces dernières décennies, comment ne pas citer les Beastie Boys? Pour ceux qui ne les connaissent toujours pas (on vous aime quand même), ce sont un peu les 2be3 new-yorkais : trois potes unis par l’amour de la musique et des backflips (en skate). Après un passé au sein de la scène punk hardcore locale, Ad-Rock, Mike D et MCA se passionnent pour le hip-hop à tel point qu’ils laissent tomber les guitares pour commencer à rapper, tapant dans l’oeil d’un certain Rick Rubin qui décide de les signer sur une petite structure nommée… Def Jam. Licensed To Ill voit le jour, premier album rap de l’histoire à figurer en première position des ventes aux USA. Vulgaire, crétin mais bourré d’énergie et de créativité, le disque deviendra un classique instantané, servi par une plâtrée de singles (Fight for your Right, No Sleep Till Brooklyn, Girls…). Quant à sa pochette, illustrée par David Gamboli, elle figure aujourd’hui au panthéon des meilleurs artworks de l’histoire de la pop.

Leur dégaine est reconnaissable entre mille : un croisement improbable entre la culture skate, le streetwear et le style redneck. Ella va imprégner la mode telle qu’on la connaît encore. Les fameuses casquettes à filet remises au goût du jour par Pharrell Williams chez N.E.R.D, l’univers potache de Tyler the Creator et sa marque Golf Wang, l’engouement récent autour de Thrasher... Impossible de ne pas les reconnaître comme des précurseurs de ce mélange des genres.

Fans de sneakers de la première heure, les trois compères ne juraient quasiment que par Puma ou Adidas. Cette marque leur rend d’ailleurs hommage au cours d’une collaboration avec Def Jam sous la forme d’une Campus aux couleurs des New York Knicks, leur équipe de basket préférée.

adidas-beastie-boys-def-jam-campus-2

On vous laisse sur le classique « No Sleep Till Brooklyn », issu de Licensed To Ill qui initie, bien avant Rage Against The Machine et le duo Calogero-Passi, la fusion entre rap et rock.