« The Blueprint  » de Jay Z fête ses 15 ans !

Il y a 15, Jay-Z nous gratifiait d’un des meilleurs album rap de tous les temps.

dimanche 11 septembre 2016, par

Le 11 septembre 2001, alors que New York vivait une des périodes les plus traumatisantes de son histoire , Jay Z sortait The Blueprint, un des chefs-d’oeuvres de l’histoire du rap.

Pour plusieurs raisons, ce sixième opus est considéré comme un  projet déterminant dans la carrière de Jay, mais également pour le rap game en général.

Après avoir montré qu’il avait les qualités pour hériter du trône laissé vacant par Biggie Smalls, Jay avait besoin d’un album référence, celui qui lui permettrait définitivement d’être considéré comme le successeur de son défunt ami.

« And if I ain’t better than BIG, I’m the closest one. »

Il se disputait à l’époque la couronne avec Nas, ce qui donna d’ailleurs lieu à une des plus grandes joutes lyricales de tous les temps.

tumblr_mz9ugz0mgi1rrvheyo1_500

Mais bien plus que les lyrics, c’est la direction musicale —concoctée en majorité par deux rookies, Kanye West et Just Blaze— qui fit de cet album un projet à part.

À une époque où la plupart des beats avaient des sonorités synthétiques, dans le sillage des Timbaland, Rockwilder ou encore Trackmasters , le choix de Jay-Z de retourner à l’art délaissé du sampling fut salué par la critique et les puristes, contents de retrouver les racines du rap new-yorkais.

jayztherulersback1

Les instrus soulful des inconnus Kanye West et Just Blaze donnent à cet album une chaleur et une authenticité que ne pouvaient pas retranscrire les sonorités électroniques de l’époque. Jay Z avait la base nécessaire pour pouvoir transmettre ses émotions à son auditeur.

La diversité des thèmes abordés contribue également à la qualité générale de l’album. Hov alterne les titres égotrip tels que « U Don’t Know » et « Hola Hovito » et les morceaux plus introspectifs comme les sublimes « Never Change » et « Song Cry ».

jay-z-2001-tumblr-m8xmiqdsmp1rrvheyo1-500

Il avait atteint une telle maturité musicale qu’il donnait l’impression de discuter avec l’auditeur plutôt que de rapper. Son flow caméléon lui permettait de passer aisément de beats mélancoliques à des sonorités plus festives, voire agressives.

« The Blueprint« , salué unanimement par la critique et le public, est un de ces albums à l’épreuve du temps, capables de traverser les générations sans prendre une ride et ça fait tout drôle de se dire que cette merveille a déjà 15 ans.